La joueuse de tympanon de Pierre Kintzing

Publié le 8 Mai 2014

La joueuse de tympanon est un charmant androïde réalisé par l'horloger Pierre Kintzing et l'ébéniste de la Reine David Roentgen que l'on peut toujours admirer au Musée du Conservatoire des Arts et Métiers de Paris.

Acheté en 1785 par Marie-Antoinette, l'automate, représente une jeune femme élégamment vêtue d'un corsage décolleté et d'une ample robe à paniers en soie brodée. Assise sur un tabouret, la musicienne frappe avec des baguettes pourvues à leur extrémité de petits marteaux plats, les 46 cordes délicates d'un tympanon, instrument de musique d'origine tzigane.

Dominant l'instrument d'une longueur d'un mètre, la joueuse peut interpréter huit airs différents dont un air de "l'Armide" de Gluck.

La légende veut que le costume en soie brodée de l'androïde, provienne d'un morceau de robe de Marie Antoinette et que sa perruque de ses propres cheveux.

Le mécanisme principal, situé sous le tabouret, est constitué d'un cylindre en laiton alimenté par un ressort-moteur. Au moyen de leviers, les cames permettent le mouvement des bras, et les picots, les mouvements des marteaux.

La joueuse de tympanon automate de Pierre Kintzing

La joueuse de tympanon automate de Pierre Kintzing

Quelques détails sur cet automate nous sont donnés par le médecin personnel de Marie-Antoinette qui voulut offrir l'androïde à l'Académie des Sciences afin qu'il puisse figurer parmi les machines de l'institution :

"La Reine a depuis peu de temps fait l'acquisition d'une petite figure de femme automate de dix-huit ou vingt pouces de hauteur, qui joue et exécute très bien différents airs de musique sur une espèce de tympanon en forme de petit clavecin. Cette figure dont les traits, les proportions et les ajustements sont forts élégants, frappe en mesure les différentes cordes de l'instrument avec deux petits marteaux de métal qu'elle tient dans ses mains, qui se meuvent avec beaucoup de justesse et de précision. Elle a d'ailleurs, en exécutant les airs, des mouvements de tête et une sorte d'expression variée dans ses yeux et ses regards, qui sont très agréables et qui font une illusion surprenante. Elle est assise sur un siège posé sur une table d'un bois superbe qui supporte aussi le tympanon; et tout le mécanisme est renfermé et caché dans l'épaisseur de la table."

La joueuse de tympanon automate de Pierre Kintzing

"Cette machine a été construite en Allemagne exprès pour la Reine par des artistes habiles, qui ont déjà fait pour le Roi de France un très grand secrétaire à secrets d'une perfection de travail étonnante, et d'autres ouvrages."

"La Reine désirerait que cette figure automate fut examinée par quelques personnes de l'Académie des Sciences; et si on la jugeait digne d'être placée dans le cabinet des machines de cette Compagnie, sa Majesté serait disposée à en faire présent à l'Académie."

Rédigé par Philippe Sayous

Publié dans #Automates

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article