L'exposition sur les automates à Blois en 2015 1ère partie

Publié le 11 Février 2015

Depuis 1998 à Blois, la Maison de la Magie Robert-Houdin, dotée du label Musée de France,
accueille sur 5 niveaux et plus de 2000 m2, des collections et des installations interactives.
Chaque année, deux expositions thématiques et un spectacle original et permanent sont
créés autour des différentes formes d’art magique.

Du 4 avril au 20 septembre & du 17 octobre au 1er novembre 2015 se tiendra une exposition inédite : REVES D'AUTOMATES.

Automate Dandy Lunaire par Gustave Vichy - Collection ville de Neuilly sur Seine (C)DR

Automate Dandy Lunaire par Gustave Vichy - Collection ville de Neuilly sur Seine (C)DR

L'exposition “Rêves d'automates” vous invite à un voyage fascinant au coeur des automates, des secrets mécaniques de l'horlogerie aux fantasmes de la robotique. Un hommage aux créateurs d'androïdes du XVIIIe siècle, à l'inventeur magicien Robert-Houdin et aux artisans
inspirés qui ont su et continuent de prolonger l'illusion du vivant.

• DES OBJETS DE FASCINATION
Au XIXe siècle, l'encyclopédie définit les automates comme des appareils qui sous la
forme d'êtres organisés, cachent dans leur intérieur des ressorts propres à leur donner
des mouvements imitant les fonctions de la vie. De tout temps, l’automate imitant le
mouvement d'un corps animé, impressionna les foules en alliant les prestiges de la
science mécanique aux attraits du mystère.
Les savants de l'Ecole d'Alexandrie initièrent la conception des automates d'agrément,
relayée par les ingénieurs de la Renaissance, dont le génie Léonard de Vinci.

• LA PRÉCISION HORLOGÈRE DES AUTOMATES
Mais ce sont les progrès techniques de l'horlogerie, des Jaquemarts de nos clochers
aux précieuses pendules de salon, qui permettront d'accéder à l'âge d'or des automates,
le XVIIIe siècle. Vaucanson et les Jacquet-Droz donnent naissance à des androïdes
écrivains, dessinateurs ou musiciens, ainsi qu'à des animaux mécaniques comme l'illustre
Canard. Ces créations sont parfois entourées d'épopées romanesques comme celle du
Joueur d'échecs du baron Kempelen. Des automates magiciens et devins sont programmés
pour répondre à une ou plusieurs questions, ou réalisent des tours d'escamotage.
Au XIXe siècle, le marché s'étant élargi, la fabrication se fait en série par de grandes
maisons d'artisans et d'artistes: Decamps, Vichy, Bontemps, Lambert et Phalibois. Les
boîtes à musique et les automates font partie des divertissements de la nouvelle bourgeoisie.
Dans les années 1840, le célèbre Jean-Eugène Robert-Houdin, va incarner la synthèse
des compétences de mécanicien et d'illusionniste. Brillant horloger héritier de la tradition
blésoise, cet homme de spectacle va également intégrer, dès 1845 dans ses Soirées Fantastiques à Paris, des automates de sa création, alliant l'ingéniosité à l'esthétique.

Clown automate à la mandoline par Lambert - Collection Philippe Sayous (C) DR

Clown automate à la mandoline par Lambert - Collection Philippe Sayous (C) DR

Publié dans #Agenda

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article