L'exposition "Rêves d'automates" 6ème partie

Publié le 21 Avril 2015

Automate publicitaire de la Maison Decamps

Automate publicitaire de la Maison Decamps

LES AUTOMATES PUBLICITAIRES

UN ACCESSOIRE DE PROMOTION

L’automate publicitaire répond à la notion toute neuve de progrès et aux nouvelles
exigences commerciales, notamment à Paris qui connaît des transformations urbaines
majeures : dynamisme démographique, installation de l'éclairage électrique et développement
des transports en commun. À partir de 1852, fleurissent les grandes enseignes
comme le Bon Marché, le Louvre, le Printemps, la Samaritaine et la Belle Jardinière...
Dans les années 30, ils s'adaptent à l'exposition en vitrine en prenant la forme de plaques
automatisées (lithographie sur tôle, peinture sur bois ou impression sur carton).


L’AVÈNEMENT DES AUTOMATES ÉLECTRIQUES

Très vite, l'électricité permet de prolonger le temps d'animation des automates de vitrines
par rapport aux mécanismes à ressort. L’automate de Phalibois, La Lampe Z, fait référence
à l’ampoule à filament végétal expérimentée par Robert-Houdin. En déclin après la
Seconde Guerre mondiale et devenus trop coûteux, les automates publicitaires sont
remplacés par les spots télévisés. Il faudra attendre les nouvelles technologies électroniques
associées aux nouveaux matériaux (résine, latex) pour voir arriver de nouvelles
mascottes (marmotte Milka ou le lapin Duracell).

Jouet automate "Piston action robot"

Jouet automate "Piston action robot"

LES JOUETS AUTOMATES

AU PARADIS DES JOUETS

Au XIXe siècle, le jouet mécanique renaît grâce aux méthodes nouvelles de fabrication
qui permettent de le concevoir en quantité et à meilleur marché. Tous les sujets de la
vie courante, en particulier les corps de métiers, ont été reproduits. Paris est un centre
très important de fabrication et le concours Lépine a beaucoup contribué à maintenir
cette industrie.
Entre les années 1930 et 1960, les Space Tin Toys ou “jouets de l’espace en fer-blanc”
ont connu leur essor. Constitués de tôle d’acier emboutie et pliée, peinte ou recouverte
d’étain, ils se remontent le plus souvent manuellement à l’aide d’une mollette ou d’une clef.
Les matières plastiques permettent aujourd’hui toutes les fantaisies de formes et de
couleurs, et rendent très accessibles les petits automates mécaniques.

A.I. Intelligence Artificielle de Steven Spielberg

A.I. Intelligence Artificielle de Steven Spielberg

LES ROBOTS ENTRE FANTASME ET REALITE

LE ROBOT, UN COMPAGNON AU SERVICE DE L’HOMME

Apparu dans le domaine de l’industrie automobile dans les années 60, le robot tend
aujourd’hui à pénétrer notre quotidien et est considéré comme le compagnon artificiel
de l'homme. Le chien Aibo, crée en 1999, est un robot de divertissement capable d’exprimer
des émotions et de comprendre certains ordres, sans y obéir systématiquement. Les
robots de nettoyage, de télétravail ou de recherche se sont multipliés. Le robot humanoïde
Nao, né en France en 2008, est utilisé dans des laboratoires à des fins
d'expérimentation... L'influence de la conception nippone oriente le devenir de la machine
vers le robot d’assistance et de compagnie, destiné à faire face au vieillissement de la
population, à répondre aux besoins d'aide à domicile ou présent en milieu hospitalier.
Le cinéma a lui aussi reflété cette vision optimiste d’un robot aux vertus domestiques.
Dans Planète Interdite (Fred M. Wilcox, 1956), Robby le robot, star du film, fait office
de serviteur et de service d'ordre. Il parle 187 langues, fabrique de la nourriture artificielle,
du whisky ou des diamants et crée des robes sur mesure !


HOMME-ROBOT : UNE TROUBLANTE COEXISTENCE

Après la Seconde Guerre mondiale, les robots occupent une place de choix dans la littérature
et la bande dessinée fantastiques. Originaire d'URSS, Isaac Asimov (1920-1992),
auteur de 500 nouvelles et ouvrages, a marqué avec ses deux sagas de science-fiction,
Fondation et Le cycle des robots, une rupture avec le scénario classique des robots
systématiquement en révolte contre leur créateur. Il leur donne l'accès à la conscience
sous le contrôle des 3 lois de la robotique gravées dans leur cerveau.
Dans le film I Robot (Alex Proyas, 2004), un détective et un robot psychologue découvrent
qu'un savant a été assassiné par un robot, enfreignant les 3 lois fondamentales... En référence
aux lois d’Asimov, faut-il dès maintenant envisager une place dans la société pour
les machines douées d'une certaine forme d'intelligence et cherchant à reproduire des
comportements humains? Dans cette logique, la Corée du Sud a élaboré, en 2007, une
charte visant à ce que les humains ne se fassent pas abuser par les robots, et inversement.
Si la plupart des robots en service ne sont pas anthropomorphes, la question la plus troublante
et commune avec les automates anciens, reste la similitude entre le robot et l’humain.
Cette ressemblance pouvant entraîner un malaise psychologique, est un phénomène
nommé "vallée de l’étrange", décrit en 1970 par le roboticien Masahiro Mori. Passé un
certain seuil, le robot n'est plus considéré comme une machine merveilleuse mais
comme un humain imparfait et monstrueux. Dans le film A.I. Intelligence Artificielle
(Steven Spielberg, 2001), inspiré de Pinocchio, un enfant androïde capable de sentiments
humains est créé pour consoler un couple qui vient de perdre son fils. La mère est troublée
par cet enfant délicat mais qui parfois rencontre quelques bugs inquiétants...


LE FANTASME DE L‘ANDROÏDE ARTISTE

L’inspiration créatrice ne semble pas encore à la portée de nos prochains compagnons. Jusqu’à
quand? Cette utopie de l’automate-robot doué de talents artistiques n’en finit pas de
nourrir les fantasmes et l’imaginaire collectifs. Depuis les pères des androïdes du XVIIIe
siècle jusqu’aux créateurs actuels, de “l’automate écrivain dessinateur” de Robert-Houdin à
celui du film Hugo Cabret (de Martin Scorsese, 2011)... Les images de Nao, dans Madgic,
The Secret Dinner de Stefan Leyshon et le “robot automate dessinateur”, conçu par
Romuald Beugnon et Dr. Prout, sont d’ingénieuses combinaisons de magie, de mentalisme
et de créativité presque humaine...

L'androïde du film "Métropolis" de Fritz Lang

L'androïde du film "Métropolis" de Fritz Lang

Nao, robot humanoïde développé par Aldebaran Robotics 2008 (C) DR

Nao, robot humanoïde développé par Aldebaran Robotics 2008 (C) DR

Rédigé par Philippe Sayous

Publié dans #Agenda

Repost 0
Commenter cet article