L'exposition "Rèves d'Automates" 2ème partie

Publié le 4 Avril 2015

Automate publicitaire fabriqué par la maison Decamps "Flex la cheville universelle"

Automate publicitaire fabriqué par la maison Decamps "Flex la cheville universelle"

L'androïde du film "Métropolis" de Fritz Lang

L'androïde du film "Métropolis" de Fritz Lang

L'exposition REVES D'AUTOMATES du 4 avril au 20 septembre & du 17 octobre au 1er novembre 2015 : deuxième partie

DE L’ÉLECTRICITÉ À L’ÉLECTRONIQUE
A l'aube du XXe siècle, les grands magasins se parent d'automates publicitaires électriques qui animent les vitrines en continu. Après la Seconde Guerre mondiale et l'avènement de l'électronique, les projets de robots vont se multiplier. Provenant en droite ligne des automates, ils sont dotés d'une intelligence artificielle qui les fait interagir avec leur environnement.
Très présents dans la littérature, la bande dessinée ou le cinéma de science-fiction, ils n'en finissent pas d'alimenter tous les fantasmes, entre peurs et visions futuristes exaltantes.

DES MÉCANIQUES ESTHÉTIQUES
La scénographie de l'exposition, conçue par Ludovic Meunier, vous fait pénétrer au coeur des créations d'automates. Mouvements d'engrenages, tic-tac d'horloge, chant d'oiseau ou fonds musicaux, animent en continu une exposition alliant l'approche mécanique à l'esthétique des créations artisanales. Des pendules animées aux personnages automates de collection (Maisons Lambert, Decamps, Phalibois...), vous découvrirez des pièces uniques telles que le Dandy lunaire ou la pendule à triple mystère.

La leçon de chant, automate de Robert-Houdin

La leçon de chant, automate de Robert-Houdin

La pendule à triple mystère de Robert-Houdin

La pendule à triple mystère de Robert-Houdin

UNE INTERACTIVITÉ PERMANENTE ET DES RENDEZ-VOUS PÉDAGOGIQUES
Chaque jour, des démonstrations sont proposées au sein de l'exposition, afin de mieux percer les secrets de ces objets d'illusion. Un horloger interviendra une fois par mois pour expliquer le fonctionnement des pendules anciennes et faire chanter la Serinette de Robert-Houdin. Des spécialistes des automates et de la robotique viendront partager leurs connaissances au cours de la saison.

UNE SCÉNOGRAPHIE DE LUDOVIC MEUNIER
Artiste plasticien et décorateur, Ludovic Meunier est diplômé de l'Institut d'Arts Visuels d'Orléans. Associé dès le début de son parcours à de grands projets événementiels (caravane du Tour de France, Salon de l'Agriculture…), il se passionne surtout pour le spectacle vivant et les accessoires de jeu de scène. Il participe également à des tournages de cinéma et de clips vidéo en tant qu'assistant et chef décorateur. En 2015, il est associé à la création du Carmen de La fabrique Opéra, prévue au Zénith d'Orléans. Après Fascination optique (2013) et Fantasmagique cinéma (2014), Ludovic Meunier réalise, avec Rêves d'automates, sa troisième scénographie à la Maison de la Magie de Blois.

Automate "Little Titch", un automate électrique de la collection Philippe Sayous

Automate "Little Titch", un automate électrique de la collection Philippe Sayous

Automate fumeur de Jean Farkas (collection Philippe Sayous)

Automate fumeur de Jean Farkas (collection Philippe Sayous)

Automate électrique "Ours buveur" de la collection Philippe Sayous

Automate électrique "Ours buveur" de la collection Philippe Sayous

COLLECTION PHILIPPE SAYOUS
Originaire de Neuilly, Philippe Sayous assiste tout jeune aux séances de présentation des automates de Jacques Damiot, à l'Hôtel Arturo Lopez, l'une des plus belles collections d'Europe.
Émerveillé par le charme de ces mécaniques, il initiera plus tard l'un des premiers sites internet consacré aux automates et à la musique mécanique. Collectionneur avisé, spécialisé dans la fabrication (Lutèce Créations) et la production de films (Talia Films) dans ce domaine, il est également un fin connaisseur de l'histoire des automates et de l'art magique (www.automates-boites-musique.com). Son prochain film documentaire (2015) portera sur le célèbre créateur d'androïdes Vaucanson. La plupart des animaux mécaniques exposés sont issus de son fonds personnel ainsi que de très beaux automates tels que le groom à la canne, le Little Tich, le clown à la mandoline ou le magicien à l'éventail...

Rédigé par Philippe Sayous

Publié dans #Agenda

Repost 0
Commenter cet article